SOAR

SOAR (Security Orchestration Automation and Response) est un système qui recouvre trois grandes fonctions:

  • La réponse,
  • L’orchestration,
  • Et l’automatisation des systèmes de sécurité informatique.

Avec le SIEM et la CTI, c’est l’une des trois fonctions principales d’une plateforme SOC

Un système d’information peut rapidement devenir extrêmement complexe: des technologies variées interagissent avec des utilisateurs aux objectifs et compétences diversifiées. Assurer la sécurité opérationnelle exige donc de pouvoir agir sur ces différentes composantes à tous les niveaux (terminaux, réseau, contrôle d’accès, etc.), de la façon la plus efficace et efficiente possible. Au fil du temps, des technologies ont émergé pour assurer cette fonction: ce sont les SOAR.

À quoi sert un SOAR ?

Comme son nom l’indique, un système de Security Orchestration Automation and Response recouvre trois grandes fonctions: la réponse, l’orchestration et l’automatisation des systèmes de sécurité informatique. Avec le SIEM et la CTI, c’est l’une des trois fonctions principales d’une plateforme SOC

Réponse

La première mission d’un SOAR est de pouvoir transmettre des instructions actives à d’autres systèmes. C’est particulièrement utile dans un contexte de réponse à incident, lorsqu’il faut pouvoir rapidement circonscrire la menace ou reconfigurer le système d’information dans un mode dégradé.

Pour cela, le SOAR doit disposer d’un vaste catalogue d’intégrations, afin de savoir parler le langage des différents équipements avec lesquels il devra pouvoir interagir :

  • Depuis les EDR jusqu’au pare-feu,
  • En passant par la gestion des privilèges ou les applications.

Bien qu’il existe certains standards d’interopérabilité, aucun n’est réellement dominant. Aussi, connecter des systèmes parfois hérités requiert une expertise particulière.

Orchestration

La seconde mission d’un SOAR est de pouvoir orchestrer ces actions. C’est-à-dire en piloter l’enchaînement pour optimiser les ressources disponibles et obtenir l’effet souhaité.
Sans cette capacité, il reviendrait à un opérateur de déclencher ces différentes séquences manuellement, l’une après l’autre, en tentant de respecter les procédures en vigueur dans l’organisation…

De nos jours, cette capacité d’orchestration se manifeste sous la forme de playbooks. Ce sont des scripts décrivant des enchaînements de réponses et de procédures.
Pour être accessibles au plus grand nombre, ces playbooks peuvent généralement être édités visuellement, parfois sans saisir la moindre ligne de code: on parle de SOAR no-code ou low-code.

Il est à noter que l’orchestration ne concerne pas uniquement la réponse à incident. Il peut également être utile en soutien à l’investigation (par exemple pour enrichir des alertes) ou en appui des analystes CTI.

Automatisation

Enfin, la dernière grande fonction d’un SOAR est d’automatiser tout ce qui peut et doit l’être. En effet, dans un grand système d’information, il n’est pas réaliste que toutes les actions soient réalisées manuellement, même orchestrées par des playbooks.

C’est encore plus important lorsque des réactions réflexes sont nécessaires, par exemple pour contenir les premières phases d’une tentative d’intrusion et neutraliser les menaces avant impact.

Ainsi, les fonctions d’automatisation d’un SOAR peuvent aller :

  • Du simple déclenchement conditionnel (“si tel évènement survient, alors déclencher telle action”),
  • À des scénarios beaucoup plus étoffés, voire non scriptés avec l’aide d’intelligence artificielle.

L’automatisation est rendue nécessaire par la pénurie d’experts en réponse à incident :

  • Par l’exigence de réactivité,
  • Et par la complexité des systèmes supervisés.

Cependant, l’action humaine reste toujours cruciale: s’il devient parfois possible de sortir toute intervention humaine, cela reste encore très circonscrit à des réponses basiques. 

Les problématiques de responsabilité et d’assurance viennent encore complexifier la donne:

  • Si l’arrêt de la production d’une chaîne de montage a été déclenchée par un automatisme, qui doit être responsable du manque à gagner? le SOC? le fournisseur du SOAR? le prestataire intégrateur?
  • Si l’automatisation a fait d’énormes progrès, il reste illusoire de se passer complètement de l’intervention humaine.

Comment fonctionne un SOAR ?

Un SOAR moderne comporte deux aspects principaux:

  • L’interconnexion, qui permet de le connecter aux autres équipements et systèmes de sécurité,
  • Et l’orchestration, qui permet de gérer et de déclencher les playbooks et les cas.

L’interconnexion doit permettre au SOAR

  • 1° d’établir effectivement la liaison de données avec un système tiers,
  • et 2° de savoir quelles actions ou type d’actions sont possibles sur quels périmètres.

C’est ce que l’on appelle la taxonomie des systèmes de sécurité. Ce module correspond à une phase de déploiement et de maintenance du système de sécurité.

L’orchestration est plutôt orientée opérations, puisque c’est ici que l’on retrouvera la gestion des cas. Mais d’abord, il faut pouvoir accéder à ou paramétrer des playbooks. Ce module fournit donc un éditeur de playbooks et des bibliothèques de playbooks, parfois collaboratifs, compatibles de la taxonomie présentes dans le système d’information. Un playbook qui déclencherait l’interruption d’un processus sur un terminal compromis ne servirait à rien si aucun mécanisme de pilotage des terminaux n’est disponible, par exemple avec un EDR

Comment choisir la bonne solution SOAR ?

SOAR platform

Cœur du réacteur d’une plateforme opérationnelle de sécurité (SecOps), un SOAR devrait:

  • Disposer d’un vaste catalogue d’intégrations, compatible de plusieurs standards d’interconnexion, comportant une grande versatilité d’actions disponibles, pour rendre le déploiement rapide;
  • Proposer une interface de gestion de playbooks simple et accessible, pour rendre la prise en main accessible à des personnels moins spécialisés;
  • Proposer une bibliothèque de playbooks génériques pour être opérationnels dès le lancement;
  • Assurer la gestion des cas et en particulier la capitalisation à travers l’export de télémétrie voire de CTI;
  • Disposer d’automatisations puissantes correspondants aux réels besoins de sécurité

Assurer la meilleure complémentarité entre les équipes et les outils, en particulier dans la transparence des données et du reporting.

Cependant, en tant que plaque tournante des opérations de sécurité, les technologies SOAR sont désormais systématiquement intégrées aux plateformes SOC où elles s’interfacent nativement avec des fonctions de type SIEM et CTI. Ainsi, on trouve de moins en moins de produits pure-players pertinents, et ceux qui restent jouent principalement le rôle de middleware.

Les fonctionnalités SOAR sont désormais des must-have des solutions de sécurité opérationnelle. C’est le cas sur SEKOIA.IO. Il n’est pas possible de déployer notre module SOAR, baptisé Symphony, tout seul. Il est fourni systématiquement dans tous nos produits, depuis la production de renseignement avec SEKOIA.IO TIP: 

  • Où il facilite le travail d’enrichissement et de contextualisation des analystes,
  • Jusqu’à la réponse étendue avec SEKOAI.IO XDR, où il permet une vaste gamme de réponse en temps réel, autonomes ou déclenchées.

Découvrez la manière dont SEKOIA.IO peut vous aider à agir rapidement face aux menaces informatiques.